Accueil » Pathologies » Ulcère-veineux
Quelle est cette maladie ?

Un ulcère se définit comme une plaie qui ne cicatrise pas, au-delà de 6 semaines d’un traitement bien conduit.
La plupart des ulcères a une origine vasculaire, c’est-à-dire en lien avec une pathologie de la circulation.
Parmi les vaisseaux concernés, les veines sont les vaisseaux qui ramènent le sang depuis les organes, et la peau, vers le coeur ; le sang veineux est pauvre en oxygène, et en nutriments, indispensables à la cicatrisation.

Le retour veineux dans les membres inférieurs s’effectue par le biais de deux réseaux parallèles :

– un réseau veineux profond, qui est peu visible, qui peut êre degradé en cas de phlébite, laissant des séquelles, on parle alors de maladie post-thrombotique
– un réseau veineux superficiel, qui peut se dilater et devenir visible sous la peau, on parle alors de varices.

En cas de pathologie veineuse, lorsque les veines sont dilatées et sont défaillantes quant à leur rôle de retour sanguin, on assiste à une augmentation de pression des veines sur les tissus et la peau, jusque au niveau des capillaires , ce qui conduit à une plaie, ou à un retard de cicatrisation sur une plaie au départ minime ; cette hyper pression veineuse est responsable d’une asphyxie sous-cutanée au niveau des capillaires, ce qui empeche la bonne oxygénation des tissus.

En l’absence de traitement spécifique et adaptée, il ne peut pas y avoir de cicatrisation si la gestion de l’hyperpression veineuse n’est pas parfaitement contrôlée. L’aggravation sera inexorable, évoluant vers une maladie chronique, qui peut à terme aboutir à une dégénérescence vers un cancer cutané.

Quel est son traitement ?

Dans le cas des ulcères de jambe, quelle qu’en soit l’origine, et comme d’une façon générale en médecine, il s’agit toujours de traiter la cause avant de traiter la conséquence

Dans le cas d’un ulcère veineux, la priorité sera donnée au traitement de la maladie vasculaire responsable du retard de cicatrisation.

Le traitement va donc reposer sur la gestion et le contrôle de l’hyperpression veineuse ; en cas de varices, il sera nécessaire de contrôler la pression en supprimant le reflux, c’est-à-dire le retour sanguin inadapté qui majore la pression au niveau de la peau de la jambe ; le traitement des varices peut s’envisager sous différentes techniques, la plus fréquemment utilisée aujourd’hui est représentée par les traitements thermiques endoveineux, soit par radiofréquence, soit par laser.

Dans le cas d’une atteinte des veines profondes, la situation est plus compliquée, car il n’est pas possible de restaurer le système anti reflux représenté par les valvules qui auront été abîmées par un épisode de thrombose antérieur.

Dans tous les cas, au traitement de la maladie veineuse sera associée une compression élastique, en général par bandage au moins au début du traitement.
Ces soins locaux avec un protocole de pansement établi par le médecin seront assurés par les infirmier-e-s à domicile, selon un rythme défini par le médecin, tous les jours ou plusieurs fois par semaine selon les besoins spécifiques de chaque plaie.
Les règles générales sont nécessaires, avec le contrôle de la douleur, le maintien d’une bonne hygiène de vie, un apport suffisant en protéines nécessaires à la cicatrisation, arrêt de l’intoxication tabagique, marche régulière, éventuellement compression élastique par bandage si la situation le nécessite

Quels sont les examens ?

Il est nécessaire d’effectuer un bilan vasculaire complet, afin d’avoir une idée précise de la situation hémodynamique au niveau du membre inférieur et de la plaie.
Le bilan doit être réalisé par un médecin vasculaire (angiologue), qui va pouvoir à l’aide d’un examen écho-Döppler, réaliser un état des lieux de la situation vasculaire, aussi bien sur le plan artériel que veineux, car les ulcères peuvent avoir des causes intriquées , associant une atteinte des artères et des veines, on parle dans ce cas d’ulcère « mixte »

Le bilan veineux va explorer le réseau veineux profond, et réaliser une cartographie du réseau veineux superficiel, mettant en évidence les zones de « fuite », où les veines sont dilatées et n’assurent pas leurs fonctions de retour veineux.

A l’issue de cet examen, le médecin vasculaire va rédiger des conclusions, et des propositions de traitement, nécessaires pour envisager les possibilités de prise en charge adaptées à chaque patient.

Quelle est son évolution ?

Un ulcère d’origine veineuse, ou à prédominance veineuse, aura du mal à cicatriser en l’absence de traitement spécifique adapté.
En l’absence de traitement de la cause (traitement des varices et compression élastique par bandages, l’évolution va se faire vers une aggravation des lésions, une extension en surface comme en profondeur, une majoration des douleurs, un risque de surinfection microbienne : dans les situations les plus évoluées et dégradées, on peut assister à une dégénérescence avec apparition de cellules cancéreuses