Accueil » Pathologies » Ulcère artériel
Quelle est cette maladie ?

Un ulcère se définit comme une plaie qui ne cicatrise pas, au-delà de 6 semaines d’un traitement bien conduit.
La plupart des ulcères a une origine vasculaire, c’est-à-dire en lien avec une pathologie de la circulation (artérielle ou veineuse).

La prévalence des ulcères de jambe est d’environ 1% dans la population générale et de 3 à 5% chez les personnes de plus de 65 ans. Environ 70% sont secondaires à une insuffisance veineuse chronique (IVC). Les ulcères de jambe sont des motifs fréquents d’hospitalisation en dermatologie et en chirurgie. Ils occasionnent de longs séjours.

°Parmi les vaisseaux concernés, les artères sont les vaisseaux qui conduisent le sang vers les organes, et vers la peau ; le sang est chargé en oxygène, et en nutriments, indispensables à la cicatrisation.En cas de pathologie artérielle, lorsque les artères sont rétrécies ou occluses, on assiste à un défaut d’irrigation des tissus et de la peau, ce qui conduit à une plaie, ou à un retard de cicatrisation sur une plaie au départ minime, et peut évoluer de façon plus grave enl’absence de traitement.

°La stase veineuse conséquence d’une insuffisance veineuse superficielle chronique évoluée, est à l’origine d’une hyperpression. Cette hyperpression veineuse provoque un oedème et empêche le retour des toxines dans les veines et donc ne permet plus leur élimination. A long terme, les toxines agressent puis tuent les cellules constituant nos tissus. Les tissus se nécrosent et l’ulcère apparaît

Quel est son traitement ?

Dans le cas des ulcères de jambe, quelle qu’en soit l’origine, et comme d’une façon générale en médecine, il s’agit toujours de traiter la cause avant de traiter la conséquence.

°Dans le cas d’un ulcère artériel, la priorité sera donnée au traitement de la maladie vasculaire responsable du retard de cicatrisation.Le traitement va donc reposer sur la remise en route d’une circulation artérielle efficace, soit par une désobstruction des artères (traitement endovasculaire par dilatation, et éventuellement stent associé) soit par une déviation des artères obstruées, avec réalisation d’un pontage, le plus souvent avec un matériel veineux.

Les soins locaux seront associés, avec des pansements adaptés au stade de la plaie, et selon l’évolution de la cicatrisation. Ces soins locaux avec un protocole de pansement établi par le médecin seront assurés par les infirmier-e-s à domicile, selon un rythme défini par le médecin, tous les jours ou plusieurs fois par semaine selon les besoins spécifiques de chaque plaie.

Les règles générales sont nécessaires, avec le contrôle de la douleur, le maintien d’une bonne hygiène de vie, un apport suffisant en protéines nécessaires à la cicatrisation, l’arrêt de l’intoxication tabagique, une marche régulière ( minimum 30 minutes trois fois par semaine), éventuellement une compression élastique par bandage si la situation le nécessite selon les données clinique et hémodynamique des examens.

°Dans le cas d’un ulcère veineux le diagnostic est essentiellement clinique. L’ulcère veineux est peu douloureux, volontiers localisé au dessus de la cheville, associé à des signes cutanés d’insuffisance veineuse chronique: varices, œdème, dermite ocre, botte scléreuse.

Le traitement local de l’ulcère comprend trois phases :

Détersion, bourgeonnement et réépithélialisation. La détersion est avant tout mécanique, au bistouri, à la curette et aux ciseaux, éventuellement sous couvert d’une anesthésie locale. Les hydrogels ramollissent la fibrine et les nécroses et facilitent la détersion mécanique.Parfois la détersion peut être accélérée par un jet d’eau.

Les pansements doivent être adaptés au type d’ulcère et à la phase du traitement. Les pansements hydrocolloïdes ou hydrocellulaires maintiennent un milieu humide adéquat favorable à tous les stades de la cicatrisation. Pour les ulcères très suintants, les alginates ou les hydrofibres qui ont un fort pouvoir absorbant empêchent la macération. Les pansements à base d’argent diminuent la charge bactérienne. Les tulles ne sont généralement utilisés que dans la phase finale d’épidermisation. Ils n’ont aucun pouvoir absorbant et peuvent même favoriser la macération.

Le choix du pansement doit aussi tenir compte du traitement associé (contention élastique, botte de zinc) et des allergies éventuelles. Il faut si possible choisir un pansement pouvant être maintenu en place plusieurs jours afin de diminuer la fréquence des soins.

Bien entendu , un ulcère veineux ne cicatrisera pas sans une compression /une contention adaptée et portée de manière quotidienne.Parfois la contention peut se faire en pluisieurs couches ( bandes à allongement court + bandes à allongement long) appelée  » multitype ».

°Un ulcère mixte à prédominance veineuse est défini comme un ulcère de mécanisme préférentiellement veineux, mais s’accompagnant d’une artériopathie oblitérante des membres inférieurs modérée qui n’explique pas à elle seule la présence de l’ulcère.La compression devra absolument être adaptée sous avis médical.La pathologie artérielle sera traitée en priorité.

Quels sont les examens ?

Il est nécessaire d’effectuer un bilan vasculaire complet, afin d’avoir une idée précise de la situation hémodynamique au niveau du membre inférieur et de la plaie.
Le bilan doit être réalisé par un médecin vasculaire (angiologue), qui va pouvoir à l’aide d’un examen écho-Döppler, réaliser un état des lieux de la situation vasculaire, aussi bien sur le plan artériel que veineux, car les ulcères peuvent avoir des causes intriquées , associant une atteinte des artères et des veines, on parle dans ce cas d’ulcère « mixte »

A l’issue de cet examen, le médecin vasculaire va rédiger des conclusions, et des propositions de traitement, ce qui peut conduire à une consultation avec un chirurgien vasculaire pour envisager les différentes modalités de revascularisation adaptées à chaque patient.

Quelle est son évolution ?

Un ulcère d’origine artérielle ne pourra pas guérir seul, en l’absence de revascularisation, qui est la seule solution pour améliorer l’apport du sang oxygéné au niveau de la plaie.En l’absence de traitement, l’évolution va se faire vers une aggravation des lésions, une extension en surface comme en profondeur, avec des zones de nécrose, qui peuvent ensuite aboutir à une gangrène. Dans les situations les plus graves, il pourra être nécessaire d’avoir recours à une amputation.


Un ulcère veineux ne pourras pas se guérir sans le port d’une compression/ contention quotidienne et régulière adaptée par votre médecin vasculaire. Une aide à la mise en place pourra se faire via un infirmier(e) sous prescription médicale; N’hésitez pas à en parler à votre médecin vasculaire ou à votre médecin traitant.