Accueil » Pathologies » Poplité piégé

Quelle est cette maladie ?

Au niveau du creux du genou, il peut exister des variations de l’insertion des tendons du muscle du mollet sur le fémur. Certaines d’entre elles, conduisent à « cravater » l’artère poplitée, et parfois la veine poplitée, dans certains mouvements.

Cela peut déclencher des douleurs à l’effort variable d’un mouvement à l’autre, localisées au niveau de la jambe et du pied, l’apparition de « fourmillements », d’une perte de la force des muscles concernés, d’une turgescence veineuse, d’un changement de coloration, ou d’un œdème du membre.

On regroupe sous la terminologie de piège vasculaire, les manifestations cliniques consécutives à la compression intermittente d’un vaisseau (artère et/ou veine) par des structures anatomiques, lors de leurs déplacements au cours d’un mouvement.

La compression d’une artère est susceptible de diminuer le flux sanguin dans un territoire musculaire en aval de l’obstacle, le privant ainsi de l’oxygène qu’il transporte et qui lui est nécessaire pour se contracter. Cela se traduit par une diminution de la force musculaire, l’apparition de douleurs à l’effort voire d’une décoloration de la peau dans le territoire concerné.

La compression des veines, provoque une distension veineuse en amont (comme celle que l’on réalise en mettant un garrot pour une prise de sang), l’apparition d’une coloration « cyanique » et d’une circulation veineuse superficielle inhabituelle au voisinage de l’obstacle et enfin parfois d’un œdème localisé.

Quels sont les examens ?

Après des tests cliniques visant à déclencher la compression, le médecin vasculaire réalise une échographie et un doppler qui peuvent authentifier la variation de trajet inhabituel des vaisseaux et leur compression lors des manœuvres dynamiques d’extension ou de flexion contrariée du pied sur la jambe.

Un angioscanner dynamique peut être réalisé en complément pour guider la stratégie thérapeutique en fonction de la nature de l’obstacle.

Quels sont les traitements ?

Lorsqu’il est indiqué, le traitement est essentiellement chirurgical pour libérer les vaisseaux du piège anatomique, et prévenir les complications.

Quelle est son évolution?

Beaucoup d’entre nous peuvent avoir un piège anatomique sans jamais avoir de manifestation clinique. L’arrêt ou la modification des sollicitations musculaires déclenchant la douleur est une possibilité thérapeutique. Le piège peut se révéler par des complications de thrombose artérielle ou veineuse qui nécessitent des prises en charge spécifique.