Accueil » Pathologies » Anévrisme
Quelle est cette maladie ?

Un anévrisme se caractérise par une hernie dans la paroi d’une artère, traduisant l’affaiblissement de celle-ci. Les anévrismes peuvent rester silencieux ou se rompre, causant de graves problèmes de santé, voire la mort.

Un anévrisme peut se produire dans les artères importantes telles que celles qui fournissent du sang au cerveau et à l’aorte.

Un anévrisme peut également se produire dans les artères périphériques – généralement derrière le genou – bien que la rupture de celles-ci soit relativement rare.

Comment se forment les anévrismes ?

Le gonflement dans une artère se produit à la suite d’un amincissement de sa paroi, ce qui permet à la pression sanguine d’élargir anormalement la paroi artérielle.

Un anévrisme aortique prend en général la forme d’un renflement qui est uniforme tout autour de l’artère, alors que l’anévrisme cérébral se traduit plutôt par la formation d’un renflement qui prend la forme d’un sac, généralement à un endroit où les artères sont les plus fragiles.

Les anévrismes cérébraux avec rupture sont la cause la plus fréquente d’un type d’accident vasculaire cérébral (AVC) connu sous le nom d’hémorragie sous-arachnoïdienne. Ce type d’AVC est moins fréquent que les AVC d’origine ischémique.

Pourquoi les anévrismes se développent-ils ?

On ne comprend pas complètement pourquoi la paroi artérielle s’affaiblit et comme elle le fait pour provoquer un anévrisme.

On sait cependant qu’il existe un certain nombre de facteurs de risque (voir ci-dessous) sont connus pour être associés au développement d’anévrismes.

Diagnostic de l’anévrisme cérébral

Si vous avez un mal de tête soudain ou sévère ou d’autres symptômes éventuellement liés à un anévrisme, vous subirez un test ou une série de tests pour déterminer si vous présentez des saignements dans l’espace entre votre cerveau et les tissus environnants (hémorragie sous-arachnoïdienne) ou une forme d’AVC.

Si un saignement s’est produit, l’équipe d’urgence déterminera si un anévrisme en est la cause.

Si vous avez des symptômes d’un anévrisme cérébral sans rupture – avec par exemple une douleur derrière l’œil, des problèmes de vision et une paralysie d’un côté du visage – vous subirez probablement les mêmes tests.

Les tests diagnostiques incluent :

– Une tomographie informatisée (CT). Ce scanner est habituellement le premier test utilisé pour déterminer s’il existe des saignements dans le cerveau.
– Imagerie par résonance magnétique (IRM). Une IRM utilise un champ magnétique et des ondes radio pour créer des images détaillées du cerveau. Elle évalue les artères en détail peut identifier le site de l’anévrisme.
– Test du liquide céphalo-rachidien. Une hémorragie sous-arachnoïdienne conduit souvent à la présence de globules rouges dans le liquide céphalo-rachidien (liquide entourant le cerveau et la colonne vertébrale). Ce test est effectué s’il existe des symptômes d’anévrisme.
– Angiographie cérébrale ou angioscanner. Au cours de cette procédure, le médecin injecte un colorant dans un cathéter situé dans une grande artère – généralement dans l’aine. Ce test est plus invasif que d’autres et généralement utilisé lorsque d’autres tests diagnostiques ne fournissent pas suffisamment d’informations.
– L’utilisation de tests d’imagerie pour dépister les anévrismes cérébraux non rompus n’est généralement pas recommandée, sauf si le patient a des antécédents familiaux avec un parent du premier degré (parent, frère ou sœur).