SCINTIGRAPHIE MYOCARDIQUE


Dans la maladie coronaire (coronaropathie) les artères coronaires peuvent être soit totalement bouchées, ou simplement rétrécies à des degrés divers (sténosées).
La scintigraphie myocardique a pour but de dépister l’existence d'oblitération ou de retrécissements sur les artères coronaires (Coronaropathie), en étudiant la qualité et l'homogénéité de la perfusion du muscle cardiaque.



Comment ça marche ?

SCINTIGRAPHIE MYOCARDIQUE

Il s’agit d'une scintigraphie de perfusion. On administre par voie intra-veineuse une substance faiblement radio-active (habituellement du Thallium 201 ou du Technitium), qui va se fixer sélectivement sur le muscle cardiaque : En effet, cette molécule, proche de la structure du potassium, une fois injectée, va pénétrer à l’intérieur des cellules myocardiques et s'y fixer durant una vingtaine de minutes et les quitter par phénomène de redistribution.

Une caméra à scintillation (gamma-camera), placée au dessus de la table d’examen, va enregistrer la radio-activité émise, en tournant autour de la poitrine du patient. Cette répartition est visualisée sous la forme d’une série de points scintillants, correspondant aux zones du muscle cardiaque qui ont fixé le produit radio-actif.
L’ordinateur réalise ensuite des coupes fines du cœur, sous plusieurs incidences, sous la forme d’un document photographique : il s’agit de la tomo-scintigraphie.
Les zones du cœur bien irriguées par les artères coronaires recevront plus de traceur radio-actif que les zones mal ou non irriguées.Cette fixation est quantifiée par une échelle de couleurs : les zones colorées en rouge sont bien vascularisées ; à l’inverse, les zones colorées en jaune ou non colorées sont mal irriguées. L’étude des coupes permet ensuite une analyse très précise des défauts d’irrigation du cœur (situation, taille, nombre ..)

En cas d’occlusion coronaire, le territoire irrigué par le vaisseau ne sera pas perfusé à l’état de repos ou état basal.
En cas de rétrécissement artériel ou sténose, le territoire irrigué est habituellement bien irrigué au repos, et devient mal perfusé en situation d’effort , en fonction du degré de sévérité de la ou des sténoses.
En cas d’irrigation sanguine insuffisante d’un organe, on parle d’ischémie de repos et ou d’effort.


En pratique

Scintigraphie myocardique
Scintigraphie myocardique

Il est nécessaire de déjeuner légèrement avant l’examen, et d’éviter de consommer, 48h00 avant l’examen, des aliments ou des médicaments contenant du potassium (le thallium est un analogue du potassium). De plus, en cas d’utilisation de Persantine, il faut éviter d’éviter, 48h avant l’examen, toute substance qui pourrait rendre la Persantine inefficace, à savoir la café, le thé, le chocolat, le Coca-Cola.

La Scintigraphie Myocardique comprend habituellement 2 phases :
 - un protocole de repos. Cette 1e acquisition peut parfois être évitée.
 - un protocole de « stress » : il s’agit d’un test de provocation de l’ischémie : Il est effectué soit un effort sur bicyclette ou tapis roulant  (ou stress physiologique), soit un test pharmacologique, avec administration de Dipyridamole (Persantine) ou l’Adenosine, soit de Dobutamine (Dobutrex).On parlera alors de Scintigraphie d’Effort ou bien de Scintigraphie-Pesrantine. L’administration de Persantine, si elle est utilisée, comporte des effets secondaires (dans 30 à 40% des cas à type de maux de tête, vomissements..), des risques très faibles à condition de respecter la contre-indication majeure du produit, à savoir l’asthme.
 - Une 3e acquisition dite tardive est habituellement réalisée 4h après, avec ré-injection de Thallium.

L’injection de Thallium ne présente pas d’effet secondaire. L’utilisation de Dipyridamole est contre-indiquée en cas d’asthme.
La Scintigraphie est contre-indiquée chez les femmes enceintes (ou susceptibles de l’être) et chez les femmes allaitant. Les autres contre-indications sont celles du test d’effort.
Cet examen, réalisé à partir d’un produit radio-actif, entraine une irradiation modérée mais significative du patient ; il faut donc éviter de le renouveler avant 1 an, et si possible éviter d’effectuer d’autres explorations radiologiques irradiantes (scanner..)


Jeudi 1 Janvier 2009
Lu 3830 fois
Suivi de l'AOMI


Dans la même rubrique :

Phlébographie - 01/12/2011

Artériographie - 01/01/2009

Qu'est ce que l'ARTERITE (AOMI) ? | Les facteurs de risques | Examens complémentaires | Suivi de l'AOMI | Traitement Médical | Traitement Chirurgical | Autres localisations de la maladie athéromateuse | Divers





Le professeur Rollin

Les bienfaits de l'arrêt du tabac

0 heure : Vous faites des économies
24 heures : Le monoxyde de carbone est éliminé. Le risque d'infections respiratoires diminue.
48 heures : La nicotine n'est plus décelable dans le sang
1 semaine : Le goût et l'odorat s'améliorent. Votre peau et vos cheveux sont plus beaux et votre haleine plus fraiche.
3 à 9 mois : La respiration s'améliore, vous pouvez faire du sport en étant moins essoufflé.
1 an : Le risque de maladie cardiaque baisse de moitié.
5 ans : Le risque de cancer de la bouche, des bronches, de l'œsophage et de la vessie diminue de moitié
15 ans : Le risque de maladie cardiaque rejoint celui des non-fumeurs. La mortalité est très proche de ceux qui n'ont jamais fumé. Bravo, vous êtes libéré des contraintes de la dépendance !

Lettres qu'on pétrit

Lettres qu'on pétrit

 
 

 Certaines valves incitent à l'humour

 

le décaleur de sons de garde

archives


Lymphœdème et ACTIVITE PHYSIQUE

Lymphœdème et ACTIVITE PHYSIQUE
L'activité physique est parfois à tort déconseillée aux personnes porteuses de lymphœdème.
Il a été montré que l'exercice physique, à condition de n'être pas violent, est favorable à la dynamique lymphatique : La résorption lymphatique semble améliorée  par le renforcement de la pompe musculaire.
Ainsi un protocole américain utilise des haltères de faible poids dans des exercices préventifs du lymphœdème.

Un exercice pour favoriser le retour veineux et soulager les jambes

Un exercice pour favoriser le retour veineux et soulager les jambes
Si des lourdeurs ou des douleurs apparaissent dans les jambes au cours de la journée, nous vous recommandons ce type d'exercice :
  1. Debout, le corps bien droit, si possible déchaussé
  2. Elevez-vous sur la pointe des pieds et maintenez cette position quelques instants. 
  3. Reposez ensuite les talons sur le sol et soulevez les orteils.
Répéter ce mouvement une douzaine de fois puis repos durant 3 minutes. Si vous le pouvez, refaire ces mouvements une ou deux fois. L'ensemble de cet exercice peut être pratiqué à midi et le soir par exemple.