DYSFONCTION ERECTILE ou DYSERECTION


On parle de dysfonction érectile lorsqu’un homme ne peut avoir une érection et la maintenir suffisamment longtemps pour en arriver à une relation sexuelle complète au moins à 50 % des occasions.
L'OMS définit la dysérection comme l'incapacité à obtenir ou à maintenir une érection suffisante pour permettre une activité sexuelle satisfaisante.
Aujourd'hui les expressions " dysfonction érectile ", " troubles de l'érection " ou encore 
" problèmes d'érection " semblent plus appropriées que le terme " d'impuissance " jugée inexacte, péjorative ou trop négativement connotée.



La plupart des hommes connaissent occasionnellement un épisode ou de brèves périodes de dysfonction érectile. Il est communément admis qu'un individu est atteint de problèmes d'érection lorsque les troubles se prolongent au-delà de trois mois.
En France, environ 35 à 40  % des hommes vivent régulièrement une dysfonction érectile. Elle est courante chez les hommes de plus de 65 ans mais elle peut également survenir chez les hommes d’âge moyen et même chez les plus jeunes. Près de 20% des hommes de plus de 50 ans interrogés se déclarent non satisfaits de la qualité de leur érection*.

La dysfonction érectile ne fait pas seulement partie du vieillissement. Il arrive souvent qu’on identifie une cause traitable. La plupart des hommes sont réticents à parler de leur dysérection mais bon nombre d’entre eux peuvent obtenir de l’aide. 
Discutez avec votre médecin de famille du type de traitement qui pourrait le mieux vous convenir. Le Médecin Vasculaire n'est qu'un maillon de la chaine médicale de la prise en charge de la dysérection, sa place tenant à une origine artérielle toujours possible.

*(source : enquête Ipsos Santé 2001)

Quelles sont les causes physiques (organiques) de la dysfonction érectile ?

DYSFONCTION ERECTILE ou DYSERECTION

Les causes de la dysfonction érectile sont nombreuses. On distingue en général les dysfonctions érectiles organiques et les dysfonctions érectiles psychogènes. Très généralement les problèmes physiques et psychologiques sont largement intriqués.


La dysérection organique survient lorsqu'une lésion vient entraver le processus permettant à l’organisme de provoquer et de maintenir l'érection :


  • Le diabète, qui s'accompagne souvent d'atteintes artérielles et neurologiques, multiplie par 3 le risque d'avoir des troubles de l'érection.
  • Les causes vasculaires sont fréquentes, dominées par l' athérome et son cortège de facteurs de risque : Tabac, hypertension artérielle, hypercholestérolémie... Cet athérome se manifeste alors souvent par un problème coronaire ou une artérite.
  • Les troubles neurologiques. Ils peuvent être induits par une chirurgie urologique ou de prostate, par l'acoolisme, par le diabète, par un accident vasculaire cérébral , maladie de Parkinson...
  • Les troubles hormonaux tels qu'un déficit en androgènes (dosages biologiques).
  • L'insuffisance rénale chronique
  • L'usage de certains médicaments tels les psychotropes, les béta-bloquants (souvent utilisés contre l'hypertension ou dans l'insuffisance coronaire), les traitements hormonaux... Si vous soupçonnez un médicament de nuire à vos érections, parlez-en à votre médecin.
  • Traumatismes du petit bassin ou des organes génitaux.

Causes psychologiques de la dysérection

  • Les troubles relationnels entre partenaires sont fréquents : Veuvage, ruptures, conflits conjugaux, résignation ou culpabilité...
  • Les facteurs psychologiques personnels : Troubles de la personnalité, phobies, angoisses, dépressions
  • Traumatismes psychologiques remontant parfois à l'enfance.

D'une façon générale, les troubles érectiles d'origine uniquement psychologique se caractérisent par la conservation des érections involontaires (érections nocturnes et matinales). 

Même si la cause physique parait importante et à l'origine du trouble sexuel, elle s'accompagne rapidement d'un trouble psychologique qui demande une aide spécifique.

TRAITEMENTS de la dysérection

DYSFONCTION ERECTILE ou DYSERECTION
  1. Les traitements étiologiques : Si une cause organique a été mise en évidence, il conviendra avant tout de traiter cette cause. Ainsi pourra-t-on peut-être reperméabiliser une artère bouchée destinée au pénis, pallier à un déficit hormonal, corriger un diabète... 
  2. Les médicaments sous forme de comprimés ont apporté de nouvelles perspectives au traitement de la dysfonction érectile. Ils sont aujourd’hui les traitements les plus prescrits par les médecins. Lors des stimulations sexuelles, les muscles du corps caverneux du pénis se relâchent, augmentant le volume du sang dans le pénis. En temps normal (flaccidité), ce relâchement musculaire est inhibé par une enzyme : la phosphodiestérase de type 5. (PDE5). Les médicaments visant à favoriser l’érection vont inhiber l’action de cette PDE 5 : Sildénafil, tadalafil et levitra.
  3. Les injections intra-caverneuses : Il s'agit d'injections réalisées (après apprentissage) par le patient lui-même dans le pénis. Le produit injecté favorise la dilatation des artères et l’afflux de sang, provoquant l’érection. Celle-ci survient 5 à 10 minutes après l’injection. Le nombre d’injections intracaverneuses est limitée à deux par semaine.
  4. Les autres méthodes sont beaucoup moins employées : Le vacuum permet mécaniquement, par aspiration, de provoquer une érection. Les administrations intra-urétrales de gels facilitateurs de l'érection. Et enfin les prothèses péniennes ou implants péniens consistent à insérer par chirurgie dans le pénis une tige dont la rigidité pallie les insuffisances de l’érection. Ce type de traitement n’est proposé qu’en tout dernier recours.

        5.  LA SEXOTHERAPIE :
Une prise en charge sexothérapique est indispensable lorsque les problèmes psychologiques sont au premier plan et responsables du trouble, et tout à fait souhaitable dans les autres cas car elle augmente l'effet des autres traitements, en particulier du traitement médicamenteux par la bouche.

Quel traitement envisager ?

Le traitement de la dysérection sera choisi par le médecin et le sujet atteint du trouble érectile. Il tiendra compte de différents facteurs :
  • Avant tout de la cause et de l'importance de la dysérection, une fois le bilan clinique effectué et les examens appropriés réalisés.
  • Mais aussi des contre-indications et des effets secondaires des médicaments dont on dispose
  • Des préférences et des réticences du patient à l’égard de certains modes d’administration (comprimés, piqûres, administrations intra-urétrales, chirurgie...)
  • Du rôle et de la participation du conjoint ou de la partenaire…

      La première des choses à faire est d'en parler... avec son partenaire puis avec son médecin... 

conseils_sexualite.rtf Conseils sexualité.rtf  (3.62 Ko)
http://www.caducee.net/DossierSpecialises/urologie/dysfonctions-erectiles.asp http://www.caducee.net/DossierSpecialises/urologie/dysfonctions-erectiles.asp


Samedi 12 Décembre 2009
Lu 14627 fois
Dysérections


Dans la même rubrique :

ANGIOMES | Les jambes lourdes | Dysérections | Autres...





Le professeur Rollin

Les bienfaits de l'arrêt du tabac

0 heure : Vous faites des économies
24 heures : Le monoxyde de carbone est éliminé. Le risque d'infections respiratoires diminue.
48 heures : La nicotine n'est plus décelable dans le sang
1 semaine : Le goût et l'odorat s'améliorent. Votre peau et vos cheveux sont plus beaux et votre haleine plus fraiche.
3 à 9 mois : La respiration s'améliore, vous pouvez faire du sport en étant moins essoufflé.
1 an : Le risque de maladie cardiaque baisse de moitié.
5 ans : Le risque de cancer de la bouche, des bronches, de l'œsophage et de la vessie diminue de moitié
15 ans : Le risque de maladie cardiaque rejoint celui des non-fumeurs. La mortalité est très proche de ceux qui n'ont jamais fumé. Bravo, vous êtes libéré des contraintes de la dépendance !

Lettres qu'on pétrit

Lettres qu'on pétrit

 
 

 Certaines valves incitent à l'humour

 

le décaleur de sons de garde

archives


Lymphœdème et ACTIVITE PHYSIQUE

Lymphœdème et ACTIVITE PHYSIQUE
L'activité physique est parfois à tort déconseillée aux personnes porteuses de lymphœdème.
Il a été montré que l'exercice physique, à condition de n'être pas violent, est favorable à la dynamique lymphatique : La résorption lymphatique semble améliorée  par le renforcement de la pompe musculaire.
Ainsi un protocole américain utilise des haltères de faible poids dans des exercices préventifs du lymphœdème.

Un exercice pour favoriser le retour veineux et soulager les jambes

Un exercice pour favoriser le retour veineux et soulager les jambes
Si des lourdeurs ou des douleurs apparaissent dans les jambes au cours de la journée, nous vous recommandons ce type d'exercice :
  1. Debout, le corps bien droit, si possible déchaussé
  2. Elevez-vous sur la pointe des pieds et maintenez cette position quelques instants. 
  3. Reposez ensuite les talons sur le sol et soulevez les orteils.
Répéter ce mouvement une douzaine de fois puis repos durant 3 minutes. Si vous le pouvez, refaire ces mouvements une ou deux fois. L'ensemble de cet exercice peut être pratiqué à midi et le soir par exemple.